10.01.2019 - 17:59
"Cette exposition réunit plusieurs thématiques représentatives de mon univers personnel et c’est également pour moi l’occasion d’évoquer publiquement mon autisme. "Dans mon monde, il y a des chats, parce qu'ils sont d'une grande douceur. Ils me ressemblent : calmes, silencieux, sensibles, indépendants. Les animaux ne jugent pas, ils n'ont aucun préjugé...

Dans mon monde, il y a aussi la nature sauvage. Le peu qu'il en reste et qui survit encore aux ravages causés par l'homme. Parce que mon existence s'harmonise parfaitement bien avec l'horloge naturelle des saisons. Elle seule est capable de m'imposer un rythme bienfaisant, une alternance de périodes de repos et d'activités intenses, au diapason du jour et de la nuit, des variations de couleurs, des courbes de températures...

Dans le cas particulier des femmes, les manifestations de l'autisme ne sont pas toujours visibles à l’œil nu. Nous pouvons avoir l'air «ordinaires», et passer inaperçues parce que nous nous exprimons bien.

Dans mon cas personnel, je suis restée d'autant plus longtemps invisible qu'étant artiste, certains aspects atypiques de ma personnalité pouvaient s'exprimer sans que cela ne paraisse inadapté. Le cliché de l'artiste originale ou insolite fait lui aussi partie des conventions sociales.

Mes caractéristiques sensorielles particulières rendent ma vie incompatible avec le milieu urbain. L'excès de bruit, de couleurs, de mouvement, d'odeurs, la pollution.

Enfin, dans mon monde, il y a le piano, et la musique, celle de Chopin...

J'écris actuellement un livre qui paraîtra courant 2019. Cet ouvrage racontera mon parcours de vie de femme, artiste et autiste, et tentera d'expliquer la création artistique et l'autisme vus de l’intérieur".

BOISTELLE Yves
La ville du Havre est pour lui une source d’inspiration inépuisable. Le port, les bateaux, la mer, la ville, ses bâtiments, son architecture et la lumière qui la baigne sont les nombreux